Thread Rating:
  • 0 Vote(s) - 0 Average
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Jean-François Roberge & Francois Legault don't care about Quebecers or Canadians
Jean-François Roberge et François Legault se moquent des Québécois ou des Canadiens
#1
(* français à suivre)  Our Quebec Government is saying we do not care! -----> The people of Quebec have spoken "Please do not open schools. daycares or businesses it is to dangerous for everybody!  tears

=========================

Notre gouvernement du Québec dit qu'on s'en fiche! -----> Les Québécois ont parlé "N'ouvrez pas les écoles. Garderies ou commerces c'est dangereux pour tout le monde! tears




Quote:Credit for this well written letter: Christina Croce April 27 at 10:28 PM


Minister Roberge,
Today I listened with much anticipation about your plan to reopen the schools in Quebec. In my mind I thought your plan would be great knowing the magnitude of this pandemic. You spoke with elegance and conviction about “your plan” to open up “our schools”. I was listening with an open mind, yet still apprehensive knowing that we would have to resume to a new normal. As you spoke, I started to lose faith in your words because they lacked forethought and action. Your press conference left many teachers disillusioned and scared for their students and for themselves.

Mr. Roberge, since you have taken office you have managed to exercise your executive power on two separate occasions, the closing of English schools and the abolishment of school boards in the French sector with very little to no consultation with teachers, unions and school boards. Today you dropped another bomb on the education system without consulting any of the stakeholders. Yes Mr. Roberge, another executive power taken by you in order to blindside us, the frontline workers you say you understand, you were a teacher, you know what it’s like.
Let me clarify something Mr. Roberge, you do not know what it is like.

Teachers want their students to feel safe. You have no plan to keep them safe. None. Why you ask? Cuz kids are least affected by this. You want us to go back? Give us the support. Give us the proper PPE. Give us more caretaking services to clean the school every single second of every day. Tell us which student will be allowed to take the school bus because only one child is allowed on each bench. Do you suggest we do a lottery for that? How do you suggest we walk in hallways that are too narrow to have kids walking six feet apart? How do you suggest students use class materials in order to learn. I urge you walk into our schools. Come see how we work. I welcome you to step foot for more than a brief appearance to see how your Plan is dangerous to the well-being of students and teachers.

Essentially Mr. Roberge I am asking for a Solid Plan. Because right now, your Plan is let’s open up and if the virus starts to spread maybe we will close up again. How many children have to die for this decision to be made? How many teachers have to die for us to close?
Your non verbal language was evident that you have no clue how we are going to do this because you have no idea.
You even said out loud, social distancing if possible, is it possible? Yes Mr. Roberge, those were your words. When asked if we would have PPE you said no, that wasn’t necessary for teachers and that your government would not be providing any for us. Is that really how you value children? Is that really what you think of us? Is that how disposable children and teachers we are to you and your government? Allow me to say this, how dare you? How dare you treat us like you are? How dare you think that we are comfortable handing over our safety to you at all costs! Did you not see what happened in the CHSLD’s? You know how the government stopped investing in the elderly? Well here’s a news flash Mr. Roberge, the government has also stopped investing in education a long time ago and the same shortages exist in the education system.

Today was the ultimate slap in the face Mr. Roberge. My colleagues and I have been working hard at home to communicate with parents and our students. We have been planning and reaching out and doing what we do best. You want to know why? Because we care that’s why. There’s nothing we want more than to get back into our classrooms to welcome our students and things be back to normal, but there is nothing normal about this pandemic and to throw teachers and students to the wolves is a slap in the face. The biggest slap in the face you could have thrown at us because there is NO PLAN Mr. Roberge. YOU don’t have a plan. You are waving your magic wand and hoping that we can all go back to our little schools and be ok. It’s not ok Mr. Roberge. We are not ok. The situation is not ok. The ONLY ONE okay with this is you.

I am not sure about you Mr. Roberge, but I know I will have difficulty sleeping tonight as will many of my colleagues whom I have spoken with. I wonder if you will be able to sleep comfortably knowing you have made a public statement that it doesn’t matter if teachers and students are protected because the hospitals are ready to receive us.
Goodnight Mr. Roberge.
Sleep well.




Quote:Crédit pour cette lettre bien écrite: Christina Croce 27 avril à 22h28

Ministre Roberge,

Aujourd'hui, j'ai écouté avec beaucoup d'impatience votre projet de rouvrir les écoles du Québec. Dans mon esprit, je pensais que votre plan serait formidable de connaître l'ampleur de cette pandémie. Vous avez parlé avec élégance et conviction de «votre projet» d'ouvrir «nos écoles». J'écoutais avec un esprit ouvert, mais toujours inquiet sachant que nous devions reprendre une nouvelle normalité. Pendant que vous parliez, j'ai commencé à perdre confiance en vos paroles parce qu'elles manquaient de prévoyance et d'action. Votre conférence de presse a laissé de nombreux enseignants déçus et effrayés pour leurs élèves et pour eux-mêmes.

Monsieur Roberge, depuis que vous avez pris vos fonctions, vous avez réussi à exercer votre pouvoir exécutif à deux reprises, la fermeture des écoles anglaises et la suppression des commissions scolaires du secteur français avec très peu ou pas de consultation des enseignants, des syndicats et des commissions scolaires . Aujourd'hui, vous avez largué une autre bombe sur le système éducatif sans consulter aucune des parties prenantes. Oui, M. Roberge, un autre pouvoir exécutif que vous avez pris pour nous aveugler, les travailleurs de première ligne que vous dites comprendre, vous étiez enseignant, vous savez ce que c'est.
Permettez-moi de clarifier quelque chose M. Roberge, vous ne savez pas à quoi cela ressemble.

Les enseignants veulent que leurs élèves se sentent en sécurité. Vous n'avez aucun plan pour les protéger. Aucun. Pourquoi demandes-tu? Les enfants Cuz sont les moins touchés par cela. Tu veux qu'on rentre? Donnez-nous votre soutien. Donnez-nous l'EPI approprié. Donnez-nous plus de services de gardiennage pour nettoyer l'école chaque seconde de chaque jour. Dites-nous quel élève sera autorisé à prendre le bus scolaire car un seul enfant est autorisé sur chaque banc. Proposez-vous que nous fassions une loterie pour cela? Comment proposez-vous que nous marchions dans des couloirs trop étroits pour que les enfants se tiennent à six pieds l'un de l'autre? Comment proposez-vous aux élèves d'utiliser le matériel pédagogique pour apprendre. Je vous exhorte à entrer dans nos écoles. Venez voir comment nous travaillons. Je vous invite à marcher du pied pendant plus d'une brève apparition pour voir comment votre plan est dangereux pour le bien-être des élèves et des enseignants.
Essentiellement, M. Roberge, je demande un plan solide. Parce que pour le moment, votre plan est ouvert et si le virus commence à se propager, nous fermerons peut-être à nouveau. Combien d'enfants doivent mourir pour que cette décision soit prise? Combien d'enseignants doivent mourir pour que nous fermions?

Votre langage non verbal était évident que vous ne savez pas comment nous allons procéder, car vous n'en avez aucune idée.
Vous avez même dit à haute voix, l'éloignement social si possible, est-ce possible? Oui, M. Roberge, ce sont vos mots. Lorsqu'on vous a demandé si nous aurions des EPI, vous avez répondu non, ce n'était pas nécessaire pour les enseignants et votre gouvernement ne nous en fournirait pas. Est-ce vraiment ainsi que vous appréciez les enfants? C'est vraiment ce que vous pensez de nous? Est-ce ainsi que nous sommes pour vous et votre gouvernement les enfants et les enseignants jetables? Permettez-moi de dire ceci, comment osez-vous? Comment osez-vous nous traiter comme vous êtes? Comment osez-vous penser que nous sommes à l'aise de vous livrer à tout prix notre sécurité! Vous n'avez pas vu ce qui s'est passé dans les CHSLD? Vous savez comment le gouvernement a cessé d'investir dans les personnes âgées? Eh bien voici un flash d'information, M. Roberge, le gouvernement a également cessé d'investir dans l'éducation il y a longtemps et les mêmes pénuries existent dans le système éducatif.

Aujourd'hui, c'était la gifle ultime au visage de M. Roberge. Mes collègues et moi avons travaillé dur à la maison pour communiquer avec les parents et nos élèves. Nous avons planifié, tendu la main et fait ce que nous faisons de mieux. Tu veux savoir pourquoi? Parce que nous nous soucions de savoir pourquoi. Il n'y a rien de plus que de retourner dans nos salles de classe pour accueillir nos élèves et que les choses reviennent à la normale, mais il n'y a rien de normal à propos de cette pandémie et jeter les enseignants et les élèves aux loups est une gifle. La plus grosse gifle que vous auriez pu nous lancer car il n'y a PAS DE PLAN M. Roberge. VOUS n'avez pas de plan. Vous agitez votre baguette magique et espérez que nous pourrons tous retourner dans nos petites écoles et être bien. Ce n’est pas bien M. Roberge. Nous ne sommes pas d'accord. La situation n'est pas correcte. LA SEULE personne qui vous convient.

Je ne suis pas sûr de vous, monsieur Roberge, mais je sais que j'aurai du mal à dormir ce soir, tout comme nombre de mes collègues avec qui j'ai parlé. Je me demande si vous pourrez dormir confortablement en sachant que vous avez déclaré publiquement que peu importe si les enseignants et les étudiants sont protégés car les hôpitaux sont prêts à nous recevoir.

Bonsoir M. Roberge.
Dormez bien.
==================
Everything happens for a reason.
You shall reap what you sow.
KARMA 
Reply
Thanks given by:

#2
Quote:Credit for this well written letter: Claire Trottier April 27 at 9:23 PM

Hi all. I’ve had a number of people reach out to me for my thoughts on Legault’s announcements that elementary schools will begin opening in Montreal on May 19th, and I thought it would make sense to make a public post. Like any scientist, I am willing to change my mind after reviewing new evidence. These are my thoughts in this moment.

Will I be sending my kids to school on May 19th? No. First, I have asthma and in general I will be more cautious than most. Even without the asthma, I wouldn’t send my kids to school. Part of the reason comes from the privilege of my life. I live in a pretty big house, I have a yard, my kids have devices and toys to keep them occupied, we have plentiful food, and a stable and loving home. It’s still hard, Aron and I are both working and the kids end up watching a lot of terrible shows on Netflix. If I didn’t have access to all these comforts, my calculus might be different, and I might send my kids to school.

The most compelling reasons I have heard for re-opening the schools have centered on issues of poverty and inequality. Many kids rely on school lunches. Many kids do not live in safe home environments. Many kids may have loving homes, but still have home situations that make physical distancing extremely difficult. This crisis has revealed deep inequalities and have exacerbated them. There is a steep societal cost to physical distancing (the list is much longer), and that has to be part of the calculation.

There is also a cost to re-opening. Kids with parents with pre-existing conditions. Teachers and school staff with pre-existing conditions, putting themselves at risk. People without pre-existing conditions are also getting very sick. Evidence of emerging complications for kids who get Covid-19.

And re-opening in Montreal of all places? Montreal has the highest number of cases in the country. We have shifted our testing capacity to prioritize the elderly and front-line workers without establishing a path to massively increase testing capacity for the general population. We have dismal contact tracing. All this means that we are basically flying blind. We do not have good data on community transmission right now, because we just aren’t doing the testing or the contact tracing, period.

On top of that, we know that cases are rising in Montreal North and other neighborhoods with higher concentrations of more marginalized communities, who will likely bear the brunt of any further increased cases of Covid-19 from schools. But don’t worry, there is plenty of place in our ERs for when they or our teachers get sick. I have a really hard time with that particular argument.

On April 14th, the WHO released their updated strategic preparedness plan that outlines the key necessary steps to maintain low-to-no community transmission. Montreal clearly does not fullfil these criteria, in fact we fail dismally. We do NOT have controlled transmission. We do NOT have the capacity to test, trace, and isolate all cases. Outbreak rates are HIGH in vulnerable settings like old age homes.

Until we MASSIVELY increase our testing and contact tracing capacity, until we have controlled the outbreaks in old age homes, until we have controlled transmission in the community, we should not be re-opening schools.

What we should be doing is ramping up solutions to the very real and devastating negative effects of physical distancing for so many people. We should be hearing about detailed plans to increase testing and tracing capacity. We should not be re-opening schools.

As always, I am willing to change my mind or adjust my way of thinking. I would especially welcome comments from friends in public health, microbiology, or immunology.




Quote:Crédit pour cette lettre bien écrite: Claire Trottier 27 avril à 21h23

Salut à tous. Plusieurs personnes m'ont contacté pour me faire part de mes réflexions sur l'annonce par Legault de l'ouverture des écoles élémentaires à Montréal le 19 mai, et j'ai pensé qu'il serait judicieux de publier un message public. Comme tout scientifique, je suis prêt à changer d'avis après avoir examiné de nouvelles preuves. Ce sont mes pensées en ce moment.

Vais-je envoyer mes enfants à l'école le 19 mai? Non. D'abord, j'ai de l'asthme et en général je serai plus prudent que la plupart. Même sans l'asthme, je n'enverrais pas mes enfants à l'école. Une partie de la raison vient du privilège de ma vie. Je vis dans une assez grande maison, j'ai une cour, mes enfants ont des appareils et des jouets pour les occuper, nous avons une nourriture abondante et une maison stable et aimante. C'est toujours difficile, Aron et moi travaillons tous les deux et les enfants finissent par regarder beaucoup de terribles émissions sur Netflix. Si je n'avais pas accès à tous ces conforts, mon calcul pourrait être différent et je pourrais envoyer mes enfants à l'école.

Les raisons les plus convaincantes que j'ai entendues pour rouvrir les écoles sont centrées sur les problèmes de pauvreté et d'inégalité. De nombreux enfants dépendent des déjeuners scolaires. De nombreux enfants ne vivent pas dans un environnement familial sûr. De nombreux enfants peuvent avoir des foyers aimants, mais ont toujours des situations familiales qui rendent la distance physique extrêmement difficile. Cette crise a révélé de profondes inégalités et les a exacerbées. La distance physique a un coût sociétal élevé (la liste est beaucoup plus longue), et cela doit faire partie du calcul.

La réouverture a également un coût. Enfants avec des parents avec des conditions préexistantes. Les enseignants et le personnel scolaire avec des conditions préexistantes, se mettant en danger. Les personnes sans conditions préexistantes tombent également très malades. Preuve de complications émergentes pour les enfants qui reçoivent Covid-19.

Et la réouverture à Montréal de tous les endroits? Montréal a le plus grand nombre de cas au pays. Nous avons déplacé notre capacité de test pour prioriser les personnes âgées et les travailleurs de première ligne sans établir de voie pour augmenter massivement la capacité de test pour la population générale. Nous avons un triste suivi des contacts. Tout cela signifie que nous volons essentiellement à l'aveugle. Nous ne disposons pas de bonnes données sur la transmission communautaire pour le moment, car nous ne faisons tout simplement pas le test ou la recherche de contacts, point final.

En plus de cela, nous savons que les cas augmentent à Montréal-Nord et dans d'autres quartiers avec des concentrations plus élevées de communautés plus marginalisées, qui subiront probablement le poids de tout nouveau cas accru de Covid-19 dans les écoles. Mais ne vous inquiétez pas, il y a beaucoup de place dans nos urgences pour quand eux ou nos professeurs tombent malades. J'ai vraiment du mal avec cet argument particulier.

Le 14 avril, l'OMS a publié son plan de préparation stratégique mis à jour qui décrit les principales étapes nécessaires pour maintenir une transmission communautaire faible à nulle. Montréal ne remplit clairement pas ces critères, en fait nous échouons lamentablement. Nous n'avons PAS de transmission contrôlée. Nous n'avons PAS la capacité de tester, retracer et isoler tous les cas. Les taux d'épidémie sont ÉLEVÉS dans les milieux vulnérables comme les maisons de retraite.

Jusqu'à ce que nous augmentions MASSIVEMENT notre capacité de dépistage et de recherche des contacts, jusqu'à ce que nous contrôlions les épidémies dans les maisons de retraite, jusqu'à ce que nous contrôlions la transmission dans la communauté, nous ne devrions pas rouvrir les écoles.

Ce que nous devrions faire, c'est trouver des solutions aux effets négatifs très réels et dévastateurs de l'éloignement physique pour tant de gens. Nous devrions entendre des plans détaillés pour augmenter la capacité de test et de traçage. Nous ne devrions pas rouvrir des écoles.

Comme toujours, je suis prêt à changer d'avis ou à ajuster ma façon de penser. Je serais particulièrement heureux de recevoir des commentaires d'amis de la santé publique, de la microbiologie ou de l'immunologie.
==================
Everything happens for a reason.
You shall reap what you sow.
KARMA 
Reply
Thanks given by:

#3
Quote:Credit for this well-written letter: François-Olivier Pinard-Herkel April 30 at 1:33 p.m.

I learned this week that our school, a multi-purpose school of 1,500 students from Montreal, will lose next year, not only an orthopedagogue, but also his psychologist. For budgetary reasons.

Considering the very probable hypothesis that we will come back in September with health rules similar to those of primary school, that we will welcome a bunch of people in very different places both at the educational and personal level, not to mention post-trauma stress, the many probable bereavements, the anxiety of the return, that of the transformed school, and the heaviness, for some, of the catch-up to be done, I consider it unacceptable:

- that we lose services for vulnerable students (the same ones who motivate the return to school) (return that we do among other things to avoid escaping them, I remind you);

- that we lose a mental health support service which should rather be essential to ensure a successful return to class, in my opinion.

Faced with that, I had a lot of trouble keeping quiet. Ben of misery when we make excessive use of the fragile mental health of students in confinement and the vulnerability of those struggling to motivate / justify a return to class as prompt. The situation right now has catastrophic potential and the provincial and federal governments are deploying considerable sums to avoid the sinking. Would it be possible to take advantage of it to prevent our public school system from deteriorating as usual? We are certainly not the only school that foresees loss of service, guaranteed. It has become habitual and it should not be.

For me, this is the perfect opportunity to revamp public schools or, at the very least, to solidify them, in order to avoid that after all of this, it is YET vulnerable students who are footing the bill. Because if you think that next year there will be so many students in difficulty, well I don't think it requires expertise in mathematics to anticipate that there will be many more than usual.
We see every day what it gives to establishments that we have allowed to waste away year after year: they collapse when faced with an exceptional situation. And it is precisely the most vulnerable who suffer.

I'd love to hear your plan on this, if you have one, Jean-François Roberge




Quote:Crédit pour cette lettre bien écrite: François-Olivier Pinard-Herkel 30 avril à 13h33

J’ai appris cette semaine, que notre école, une polyvalente de 1500 élèves de Montréal, allait perdre l’an prochain, non seulement un orthopédagogue, mais aussi sa psychologue. Pour des raisons budgétaires.

Considérant l'hypothèse très probable qu'on revienne en septembre avec des règles sanitaires similaires à celles du primaire, qu'on accueillera un paquet de monde a des places ben différentes tant au niveau pédagogique que personnel, sans parler des stress post-trauma, des nombreux deuils probables, de l'anxiété du retour, de celle que pourrait provoquer l'école transformée, et de la lourdeur, pour certains, du rattrapage à effectuer, je considère inacceptable:

- qu'on perde des services pour des élèves vulnérables (ceux-là même d'ailleurs qui motivent le retour à l'école) (retour qu’on effectue entre autres pour éviter de les échapper, je vous rappelle);

- qu'on perde un service de soutien en santé mentale qui devrait plutôt être indispensable pour assurer un retour en classe réussi, à mon avis.

Face à ça, j’avais ben de la misère à me taire. Ben de la misère quand on utilise à outrance la fragilité de la santé mentale des élèves en confinement et la vulnérabilité de ceux aux prises avec des difficultés pour motiver/justifier un retour en classe aussi prompt. La situation en ce moment a un potentiel catastrophique et les gouvernements provinciaux et fédéraux déploient des sommes considérables pour éviter le naufrage. Serait-ce possible d’en profiter pour éviter que notre système scolaire public se dégrade comme à son habitude? On n’est certainement pas la seule école qui prévoit des pertes de services, c’est garanti. C'est devenu habituel et ça ne devrait pas l'être.

Pour moi, c’est l’occasion idéale de revamper les écoles publiques ou, à tout le moins, de les solidifier, afin d’éviter qu’après tout ça, ce soit ENCORE les élèves vulnérables qui paient la note. Parce que si vous pensez que l’an prochain, y’aura autant d’élèves en difficulté, ben je ne pense pas que ça demande une expertise en mathématique pour anticiper qu’il y en aura beaucoup plus qu’à l’ordinaire.
On constate tous les jours ce que ça donne des établissements qu'on a laissés dépérir année après année: ils s'écroulent face à une situation exceptionnelle. Et ce sont justement les plus vulnérables qui écopent.

J’aimerais ben entendre votre plan là-dessus, si vous en avez un, Jean-François Roberge
==================
Everything happens for a reason.
You shall reap what you sow.
KARMA 
Reply
Thanks given by:

#4
Quote:Credit for this well-written letter: Nellie Maria April 28 at 11:23 PM

Just an FYI . As a teacher, my understanding of some of the points in the press briefings.

When the students return to school, they might not be with their homeroom teacher. If more than 15 students per class return, the excess will be made into a new group, with a different teacher.

If their teacher is over 60, or has a health problem, or a family member at home with a health issue, they will not be back. So the students will have a different teacher.

Class sizes are maxed at 15. If there is no room at the school for the extra groupings, space will be made available at high schools. Therefore certain students might not even return to their own school.

So when Legault says that a return to school routine/sense of normalcy is important, besides all the new safety protocols that will be put into place, know that NOTHING will be the routine that the students knew before. On top of it all, it takes at least 30 days for a new routine to really be learned and settled into. That’s what September is for.

We are going back for 30 days. Let’s ask ourselves how this will affect the children. And at 2 m physical distancing protocols, how are teachers to comfort the students who will be overwhelmed and confused by it all.

Signed,
A Teacher of Junior (K-2) Special Needs and Behavioural/Emotional At Risk Students




Quote:Crédit pour cette lettre bien écrite: Nellie Maria 28 avril à 23h23

Juste un FYI. En tant qu'enseignant, ma compréhension de certains points des points de presse.

Lorsque les élèves retournent à l'école, ils pourraient ne pas être avec leur professeur principal. Si plus de 15 élèves par classe reviennent, l'excédent sera transformé en un nouveau groupe, avec un enseignant différent.

Si leur enseignant a plus de 60 ans, ou a un problème de santé, ou un membre de la famille à la maison avec un problème de santé, il ne reviendra pas. Les élèves auront donc un enseignant différent.

La taille des classes est au maximum de 15. S'il n'y a pas de place à l'école pour les groupes supplémentaires, un espace sera mis à disposition dans les écoles secondaires. Par conséquent, certains élèves pourraient même ne pas retourner dans leur propre école.

Donc, quand Legault dit qu'un retour à la routine scolaire / sens de la normalité est important, en plus de tous les nouveaux protocoles de sécurité qui seront mis en place, sachez que RIEN ne sera la routine que les élèves connaissaient auparavant. En plus de tout cela, il faut au moins 30 jours pour qu'une nouvelle routine soit vraiment apprise et installée. C’est pour ça que septembre est prévu.

Nous revenons pendant 30 jours. Demandons-nous comment cela affectera les enfants. Et à 2 m de distance physique, comment les enseignants peuvent-ils réconforter les élèves qui seront submergés et confus par tout cela.

Signé,
Enseignant des élèves à besoins spéciaux (K-2) et des élèves à risque / comportementaux / émotionnels à risque
==================
Everything happens for a reason.
You shall reap what you sow.
KARMA 
Reply
Thanks given by:

#5


==================
Everything happens for a reason.
You shall reap what you sow.
KARMA 
Reply
Thanks given by:

#6
https://montrealgazette.com/news/local-n...e-daycare/
==================
Everything happens for a reason.
You shall reap what you sow.
KARMA 
Reply
Thanks given by:





Users browsing this thread: 1 Guest(s)